Déficience sensorielle

Les TIC au service de l’autonomie

C’est au pôle Déficience sensorielle de la Mutualité française Anjou-Mayenne que la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie a confié le pilotage du tout nouveau Centre d’expertise national des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour l’autonomie. La vocation de ce centre : mettre les nouvelles technologies au service de l’autonomie des personnes handicapées ou âgées.

Une application vocale sur son iPhone® permet à une personne
déficiente visuelle d’accéder aux multiples fonctions de son smartphone ; un écran permet de vérifier à distance qui se présente à la porte d’un proche atteint de la maladie d’Alzheimer ; une télécommande destinée aux personnes atteintes d’un handicap des membres supérieurs obéit au souffle plutôt qu’au doigt. Ces trois appareils ont un point commun : ils font appel aux nouvelles technologies et offrent plus d’autonomie aux personnes en situation de handicap
ou âgées.

Améliorer l’autonomie des personnes âgées et handicapées
Créé et soutenu financièrement par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), le Centre d’expertise national des technologies de l’information et de la communication pour l’autonomie (Centich) informe et conseille sur les aides techniques. En outre, il les évalue et veille à la qualité des conditions de leur distribution. Sa raison d’être est d’améliorer l’autonomie des personnes âgées et handicapées.

Site ressource
Le Centich a plusieurs missions. En premier lieu, en tant que site ressource, il recense les solutions actuellement disponibles pour améliorer l’autonomie des personnes âgées ou handicapées. Ses recherches sont conduites tant en France
qu’à l’international, parmi les produits dédiés au handicap et au grand âge, ou même les produits grand public.

Centre d’essai
Son deuxième objectif est une activité de centre d’essai. Pour cela, il dispose de matériels et de technologies émergentes. Pour cette mission, le Centich doit définir un protocole d’évaluation. « Il sera élaboré en synergie avec les autres centres experts, notamment avec le centre Propara, expert pour le domaine de la robotique, géré par Languedoc Mutualité », explique Sylvie Ervé, directrice Innovation Recherche et Formation au sein du pôle Déficience sensorielle de la Mutualité française Anjou-Mayenne et directrice du Centich. A terme, le Centich souhaite certifier les produits en créant un label.

Evaluations technologiques
Son troisième but est de conclure des observations technologiques et d’évaluer ces outils. « L’ambition est de ne pas se limiter à l’aspect technique, mais d’intégrer des notions telles que le coût, l’acceptabilité ou le confort », indique Sylvie Ervé. Les outils électroniques devraient être de mieux en mieux acceptés, notamment par les plus âgés. « Faire entrer un écran tactile chez une personne qui n’a jamais eu d’ordinateur n’est pas aisé », cite en exemple Jawad Hajjam, directeur général délégué au développement de cette structure.

Innovation
Quatrième objectif : favoriser l’innovation en recueillant les besoins des personnes en situation de handicap « dans tous les champs de la vie sociale, professionnelle, et à tous les âges de la vie », explique Jawad Hajjam.

Formation
Enfin, le Centich conduit des actions de formation en direction des usagers et des acteurs concernés. Pour y parvenir, le Centich a tissé un solide réseau de compétences. Ainsi, il travaille avec l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (Irit), un laboratoire rattaché au CNRS et spécialisé dans le domaine des interfaces de communication.

Pour conduire sa mission de recherche et développement, le Centich a noué des partenariats locaux. Ainsi, il a tissé des liens avec l’entreprise Creative Eurecom, pour la conception et la réalisation électroniques appliquées aux télécommunications interactives, et avec le Groupe Esaip, qui forme des ingénieurs et des cadres dans les domaines de l’informatique, des réseaux, de la sécurité, de l’environnement et de la prévention des risques.

Source : Milène Leroy - Mutualité française

Les partenaires fondateurs du projet :
- la Mutualité française Anjou-Mayenne
- le centre d’information et de conseil en aide technique (Cicat) d’Eckbolsheim (Bas-Rhin),
- la Fédération nationale pour l’insertion des personnes sourdes et des personnes aveugles en France (Fisaf)
- l’Institut de recherche en informatique de Toulouse (Irit).

Pour en savoir plus :
- voir la vidéo du Centich
- télécharger La Lettre d’information de septembre
- télécharger la plaquette du Centich
- se connecter au site internet du Centich